La Batcave

Récit

Depuis que j’ai vu une photo de ce lieu, je n’ai eu de cesse de m’imaginer y aller… Et quelques mois plus tard, voilà que le rêve devient réalité.
C’est accompagné d’un autochtone que nous entamons la descente dans cette ancienne mine car le lieu, en plus d’être introuvable car bien caché, est réellement dangereux. Y accéder sans l’aide d’un connaisseur serait suicidaire.

Après un réveil à 6h du matin et un petit déjeuner de champion, nous rejoignons notre aimable guide et nous prenons la route de la mine. Arrivés sur place, sur les recommandations de notre accompagnateur, nous enfilons une paire de bottes montantes… Ça annonce la couleur.

Nous commençons une petite marche qui nous amène directement à l’une des entrées de la mine. Nous comprenons tout de suite que les recommandations de notre guide ont été bonnes ! Il y a environ 15 centimètres d’eau stagnante dans le long couloir que nous devons emprunter.

IMG_4255

Sûrs de nous, et de nos bottes, nous commençons à entrer un à un dans ce long couloir de roche. Je peux vous assurer que marcher avec de l’eau qui arrive presque au niveau des bottes, tout en se baissant pour ne pas se cogner, est une activité très physique ! :p
D’ailleurs, plus personne ne parle, nous n’entendons que le bruit du déplacement des pieds dans l’eau, quelques soufflements… l’ambiance commence à s’installer.

Après plusieurs centaines de mètres dans ce long boyau de riche nous apercevons le bout du tunnel. Les bruits commence à raisonner… Nous voici dans l’antre de la mine. La sensation est absolument incroyable, la distorsion du son apporte encore plus à cette ambiance. Imaginez-vous dans une cavité avec une hauteur sous plafond d’environ 60 mètres… C’est absolument fantastique. Nos torches, bien que très puissantes, ne suffisent pas à prendre le dessus sur l’obscurité.

Notre guide continue à avancer alors que nous nous extasions sur la démesure du lieu. Ce qui nous paraissait improbable commence à nous apparaitre comme inévitable… Nous allons devoir descendre de la corniche sur laquelle nous sommes, qui surplombe un ravin d’environ 20 à 30 mètres. Il semble que le chemin vers le Graal soit au fond de ce ravin.

La technique est sommaire, descente du matériel par une corde, et descente de nos personnes par une pseudo escalade. Nous entendons des morceaux de roche de détacher sous nos pieds. Un énorme bloc se détache même pour finir sa route plusieurs dizaines de mètres en dessous. L’angoisse peut vite prendre le dessus dans ce genre de situation. La perte des repères visuels et sonores, la peur et l’appréhension… Maïs nous ne perdons pas de vue le but de notre périple…

IMG_5369

Au bout d’une vingtaine de minutes nous sommes tous en bas. Nous devons emprunter une nouvelle artère de la mine qui ne semble pas plus solide que le reste du lieu. Enfin, après encore une cinquantaine de mètres, nous découvrons ce magnifique lac sous terrain dans lequel gisent depuis des dizaines d’années une collection de voiture accidentées, dont le remorquage devait certainement s’avérer trop cher.

Ici c’est le noir complet, une simple rayon de lumière parvient à pénétrer dans les profondeurs de la grotte afin d’éclairer cette scène surréaliste.

Nous sortons nos équipements et commençons à prendre nos photos. Les faibles conditions lumineuses rendent vraiment très difficile la prise de clichés ici, et mon pauvre petit 600D peine à dompter le bruit généré par la montée en ISO… Peu importe, une fois encore, même la plus belle des photos ne suffira pas à rendre ce que nos yeux ont vu et les souvenirs que nos cerveaux ont enregistrés.

L’une des mes explorations les plus impressionnantes et insolites !

Photos

Commentaires

Commentaires