Histoire De Tchernobyl

Introduction
Ceux qui me connaissent et me suivent depuis des années le savent, j'ai eu la chance de visiter de nombreux lieux couverts de mystère et pour certains d'une part d'ombre. J'ai déjà visité plusieurs endroits où l'empreinte de la mort a laissé une trace indélébile. Ils ne se visitent évidemment pas avec la même approche que des lieux plus" classiques" et nécessitent, d'après moi, une part d'empathie supplémentaire.
Évidemment j'entends parler de Tchernobyl, comme beaucoup d'entre vous, depuis mon enfance. La catastrophe de 1986 a marqué les esprits et, bien qu'étant trop jeune à l'époque des faits, la prononciation de ce nom évoque beaucoup de choses dans mon esprit. Cette partie de l'Ukraine, délimitée par une zone d'interdiction de 30 Km autours de la centrale, incarne aujourd'hui le résultat du combat de l'Homme contre la bête qu'il a engendré. Ce paysage de désolation doit être un marqueur fort dans une prise de conscience globale. Ici la mort joue rôle de témoin dans la transmission de notre patrimoine aux générations futures. Le témoignage de cette nuit du 26 avril 1986, où l'Homme dans sa folie pure a pensé pouvoir défier les lois de la nature.
Le témoignage justement, est d'après moi l'un des intérêts principaux de la photo, témoigner de ce que seuls certains sont amenés à voir, à oser voir. J'ai donc mûrit un projet de visite à Tchernobyl pour voir, pour ressentir et surtout pour mieux comprendre ce que les médias ont défini comme étant la pire catastrophe nucléaire de l'humanité.
Mais un voyage de ce type ne se planifie pas en 2 jours et il faut appréhender l'ensemble des paramètres qui régissent cette zone, peser le pour et le contre, évaluer les dangers.
C'est après plusieurs années, et une rencontre fortuite de la vie, que je prends l'initiative de concrétiser ce projet. J'ai partagé ce voyage avec 5 de mes compagnons d'exploration et, bien qu'étant habitué à des visites en comité plus restreint, je dois avouer que j'ai apprécié leur présence. La visite de la zone de Tchernobyl est à mon sens quelque chose qui se partage, dont on a besoin de parler, comme pour exorciser un mal et se déculpabiliser d'une responsabilité collective. Mille questions viennent lorsque ces paysages désertiques se dévoilent.
Ce voyage est l'un des moments forts de ma vie et j'ai donc souhaité marquer ce reportage photo par un article complet. Je retracerai pour les plus curieux l'ensemble des évènements qui ont menés à cette catastrophe. Je vous parlerai aussi de l'après Tchernobyl et des conséquences que cette catastrophe a eu, directement ou indirectement, sur le monde. Je vous partagerai ensuite ma propre vision, un constat honnête sur ce que j'ai pu voir. Je raconterai avec mes mots ce que j'ai ressenti lors de mon passage dans cette zone qui a marqué notre époque et couté tant de vies.
   
Chronologie d'une catastrophe

La Construction

La centrale nucléaire de Tchernobyl, moins connue sous son nom officiel de centrale nucléaire V.I. Lénine, est construite à partir de 1971 le long de la rivière Pripyat, à 14 Km au nord-ouest de la ville de Tchernobyl. Son implantation est décidée dans cette zone dites "à l’écart des grandes villes". Pourtant la frontière Biélorusse ne se trouve qu’a 16 Km et les villes de Kiev et de Mazyr à peine à 150 Km. Cette zone représente également un intérêt stratégique puisque la rivière Pripyat, affluent du fleuve Dniepr, permet de fournir une source naturelle d'eau, qui sera utilisée pour le refroidissement des réacteurs.
 

Localisation de Tchernobyl

   
En 1972, alors en pleine construction, un discussion à lieu à Kiev concernant le choix du type de réacteur à implémenter. Le nouvellement nommé directeur Viktor P. Bryukhanov se positionne en faveur de réacteurs de type PWR (Pressurized Water Reactor) mais la communauté scientifique de l'époque défend l'utilisation d'un nouveau type de réacteur, le RBMK. Il expliquera au ministère de l'énergie ukrainien que ce type de réacteur émet une quantité bien plus importante de radiation que les PWRs. Toutefois, sous la pression de la communauté scientifique et sous couvert de rentabilité, il est décidé d'utiliser les RBMK.

Viktor P. Bryukhanov

Mise en service à partir de 1977 avec le démarrage des réacteurs numéro 1 et 2, l'expansion de la centrale continue avec le démarrage du chantier de construction des réacteurs numéro 3 et 4 en 1975. Leur exploitation commence respectivement en 1981 et 1983 et la centrale connait alors sa puissance maximale puisque la catastrophe entrainera l’arrêt de la construction des réacteurs numéro 5 et 6.
Il est important de noter que, d’après un rapport confidentiel de 1979 signé par le directeur du KGB de l'époque, Iouri Andropov, les "divers chantiers de construction réalisant le bloc n°2 de la centrale atomique de Tchernobyl mènent leurs travaux sans aucun respect des normes, des technologies de montage et de construction définies dans le cahier des charges." De même, en 1983, l'acte de mise en exploitation expérimentale du réacteur n° 4 de la centrale de Tchernobyl est signé alors que "toutes les vérifications n'avaient pas été achevées."
De plus, et bien que ceci n'est jamais été prouvé, une partie non négligeable du budget dédié à la centrale aurait été détourné. Les conséquences sont désastreuses et obligent les responsables du chantier à s'équiper, pour certains équipements sensibles, auprès de fournisseurs yougoslaves dont la qualité des produits laisse vraisemblablement à désirer.

La Technologie

Au plus fort de sa production, en 1983, la centrale comptait 4 réacteurs de technologie soviétique, les fameux RBMK-1000 (Reaktor Bolshoy Moshchnosti Kanalniy ou Réacteur de Grande Puissance à Tubes de Force).
Ce modèle de réacteur était initialement utilisé à des fins de production de plutonium, combustible dédié à un usage militaire. Il sera ensuite adapté à un usage de production électrique pour le domaine civil.
Le RBMK-1000 fait à l’époque la fierté des Russes. Aboutissement du programme nucléaire soviétique, sa conception repose sur l’emploi d’eau légère (par opposition à l'eau lourde, plus chère à produire) pour le refroidissement et de graphite comme modérateur (substance permettant une réaction en chaine optimisée). Cette technologie rend possible l’utilisation d’un uranium peu enrichi, et donc moins cher, comme combustible. Le désavantage en revanche, et ce qui causera la perte de la centrale de Tchernobyl, c'est que ce type de réacteur devient très instable à basse puissance.
Cette technologie de réacteur permet d’atteindre une production de 1500 mégawatts par réacteur, ce qui reste de nos jours une prouesse inégalée.
 

Schéma simplifié d'un réacteur de type RBMK-1000.

Schéma du réacteur RBMK n°4

En 1985, l’Union soviétique dispose de 46 centrales nucléaires en fonctionnement dans le pays, dont 15 fonctionnent avec des réacteurs de type RBMK-1000, générant chacun une puissance électrique de 1000 mégawatts. La part du nucléaire en Union soviétique représente alors environ 10% de l'électricité produite, et la centrale de Tchernobyl fournit 10% de l'électricité en Ukraine.

La Fierté

A l’époque, la centrale nucléaire de Tchernobyl fait la fierté de l’URSS.
Alors en plein guerre froide, la maitrise de la puissance nucléaire symbolise dorénavant la force d’un pays. Les scientifiques et ingénieurs sont soumis à de durs objectifs : produire le plus possible, à tout prix, afin d’asseoir la supériorité soviétique. Il ne fait doute que cette pression exercée pour favoriser l’expansion du nucléaire est en partie responsable des échecs successifs rencontrés dans la catastrophe de Tchernobyl. La culture de l’atome s’est inscrite comme un modèle économique et social exemplaire en URSS. On appelle alors l'atome le "travailleur pacifique".
 
 
La ville de Pripyat en est d’ailleurs l’exemple. Destinée à l’hébergement des travailleurs de la centrale de Tchernobyl, cette ville jouit d’un développement économique et social particulier grâce à la valorisation de la production d'énergie nucléaire. On pouvait d’ailleurs à l’époque lire : « C’est la centrale atomique de Tchernobyl, actuellement en construction, qui à donné naissance à la ville » comme pour vénérer l'atome. On peut d'ailleurs toujours lire, en lettres géantes posées sur le toit d'un immeuble de la place principale de Pripyat : "Faites de l'atome un travailleur, pas un soldat".
Personne ne craignait l'atome à l'époque. Le gouvernement en faisait la propagande et, puisque finalement très peu de personnes comprenaient le fonctionnement de l’énergie atomique, le seul point de jugement était le progrès social que son exploitation installait. Voila pourquoi tout le monde souhaitait partager cette fierté et participer à ce nouvel élan. Un témoignage anonyme raconte :
Nous étions fiers de vivre à l’ère atomique. Je ne me souviens pas qu’on ait eu peur du nucléaire… Et le premier secrétaire d’un comité du parti, c’était qui ? C’est un homme ordinaire avec un diplôme d’études supérieures ordinaire, généralement ingénieur ou agronome. Certains avaient fait, en plus, des études à l’école supérieure du parti. Sur les radiations, je ne savais que ce qu’on nous avait dit au cours de défense civile. Je n’avais jamais entendu parler de césium dans le lait, ni de strontium.La supplication: Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse par Svetlana Alexievitch
 

La Ville de Pripyat - Avant la catastrophe

La construction de Pripyat, la neuvième "atomgrad" de Russie débute en 1970. La création de la ville de Pripyat est un vaste chantier visant à assurer l'hébergement des employés, ainsi que leur famille, de la future centrale de Tchernobyl.
Elle se devait d’être la ville modèle, vitrine de la toute puissance de l’URSS. Elle possédait, pour l’époque, des logements de bonne qualité. Toute la ville était goudronnée, les équipements culturels étaient nombreux : complexes sportifs, cinémas, théâtres et même un parc d’attraction.
Comme toutes les villes nouvelles de l’époque, Pripyat est construit sur un modèle d’autosuffisance.
Toutes les infrastructures nécessaires à la vie sur place étaient présentes. Ainsi on y trouvait plusieurs écoles de tous niveaux, des crèches, une école de musique, de nombreux cafés, restaurants et magasins, des hôpitaux et même une maison de la culture.
Le bien être des habitants étant un point d’intérêt majeur, les paysages alentours seront préservés au maximum, afin notamment d’isoler visuellement la centrale de la ville. Aussi, de nombreux espaces verts sont créés dans la ville afin de maintenir ce capital bonheur. Une conception tout à fait nouvelle dans l’URSS de l’époque.
La ville s’étend sur plus de 130 Km2 et comptait, à la veille de l’accident, plus de 49 000 habitants. Plus de 9000 personnes travaillaient alors dans la centrale.
Pour se faire une idée de l'activité de cette ville voici quelques statistiques datant d'avant la catastrophe :
Population
  • Total: 49,400
  • Enfants : 15,406
  • Etudiants : 7,176
  • Femme : 16,562
Surface Habitable
  • Total : 658,700 mètres carrés
  • Maisons : 160
  • Appartements : 13,414
  • Hotels : 8
  • Chambres d’Hotel : 1,206
Education
  • Collèges : 15 bâtiments pour 4980 étudiants
  • Lycées : 5 bâtiments pour 6786 étudiants
Santé
  • Hôpital : 1
  • Polyclinique : 1
Commerces
  • Magasins : 25
  • Restaurants : 27 cafés et restaurants pour 5535 sièges
Culture
  • La maison de la culture énergétique
  • Cinema avec 1220 sièges
Sports
  • Salle de sport : 10
  • Stand de tir : 10
  • Stade : 2
Aménagements
  • Parc : 1
  • Zones de jeu pour enfant : 35
  • Arbres : 18,136
  • Rosiers : 33,000
Transport
  • Gare : 1 (Yanov Railway Station)
  • Bus : 3 compagnies pour 167 bus
Consommation Journalière
  • Pain : 10,0 tonnes
  • Produits laitiers : 28,0 tonnes
  • Viande : 7,0 tonnes

La Catastrophe

Il est compliqué de comprendre la catastrophe nucléaire de Tchernobyl dans son intégralité, tant techniquement par les technologies employées, que politiquement par le nombre des enjeux qui entrent en compte. Une théorie de base est aujourd’hui bien assise et représente les raisons les plus probables qui ont conduit à l’accident du réacteur numéro 4. 
Il est décidé début 1986 d’effectuer une série de tests dans la centrale de Tchernobyl afin de prouver qu’en cas de coupure électrique la puissance restante dans la turbine suffirait à relancer les pompes à eau, qui assurent le refroidissement, de manière autonome.
La réalisation de ce test en production est aujourd’hui considérée comme la première erreur critique ayant conduit à la catastrophe. Ce type de test doit, d’après les experts, être réalisé avant la mise en production du réacteur. Il est également bon de noter que ce même test avait déjà échoué sur le réacteur numéro 3 quelques semaines avant.
 

L'une des dernières photos du centre de commande

Initialement prévu dans la journée du 25 avril, cette expérience a été retardée par le centre de régulation de l’énergie atomique de Kiev suite à la panne d’une autre centrale nucléaire, affaiblissant le réseau électrique ukrainien.
 
  • Le 25 avril à 23h04 : ordre est donné par le centre de régulation de reprendre les tests. La responsabilité de ces opérations est donnée au contremaitre Anatoly Dyatlov, ingénieur réputé en physique nucléaire. Le test initial prévoyait que la puissance du réacteur soit stabilisée à 700 mégawatts. 
  • Le 25 avril à 23h10 : début de l’opération. La puissance du réacteur est progressivement baissée.
  • Le 26 avril à 00h05 : la puissance de 700 mégawatts est atteinte, mais, contre tout attente, la puissance du réacteur continue de chuter jusqu’à atteindre un taux anormalement bas de 500 mégawatts, puis de moins de 200 mégawatts. Leonid Toptunov, ingénieur en nucléaire et responsable du régime du réacteur tente une manœuvre pour tenter de remonter le niveau du réacteur, mais il insère les barres de commande du réacteur trop loin, entrainant un chute brutale de la puissance du réacteur à 30 mégawatts. Une puissance aussi basse entraine le phénomène dit "d’empoisonnement du réacteur au xénon ». Le xénon accumulé dans le réacteur absorbe les neutrons limitant le réacteur à une puissance de 200 mégawatts que les opérateurs, malgré leur manœuvres, n’arriveront jamais à atteindre.
  • Le 26 avril à 01h03 : Pour tenter de pallier à cette puissance anormalement limitée, les opérateurs tentent d’augmenter la puissance du réacteur en activant deux pompes supplémentaires du circuit de refroidissement. Cela à pour effet d’augmenter la température dans les échangeurs de chaleur. Pour tenter de réduire encore la température, le débit d’eau injectée par les pompes est encore augmenté jusqu’à dépasser les limites autorisées par le règlement. Le système détecte une anomalie et tente un arrêt d’urgence du réacteur, sans succès puisque toute mesure de sécurité avait été désactivée pour les tests. Contre toute logique Anatoly Dyatloy décide de maintenir l’expérience en changeant les paramètres. Les opérateurs s’y opposent mais subissent des menaces de la part du contremaitre. Craignant pour leur emploi et leur confort ils se plient à la décision.
  • Le 26 avril à 01h23 : la seconde phase du test est enclenchée, les vannes d’alimentation en vapeur de la turbine sont fermées. Les générateurs diesel démarrent automatiquement et atteignent leur puissance optimale en 40 secondes. Le but du test était de voir si pendant ce laps de temps l’inertie des alternateurs du réacteur suffiraient à alimenter les pompes du système de refroidissement.
  • Le 26 avril à 01h23 : le débit d’eau dans le circuit de refroidissement baisse de manière critique, entrainant la formation de bulles dans le liquide. Le phénomène physique en résultant entraine une brutale hausse de la puissance du réacteur.
  • Le 26 avril à 01h23 : les opérateurs, devant la criticité de la situation, décident en mesure d’urgence d’abaisser les barres de contrôle du cœur du réacteur. Mais la hausse brutale de la température à fait fondre les gaines utilisées par ces barres de contrôle, limitant leur descente à 1m50 au lieu des 7m habituels.
  • Le 26 avril à 01h24 : Un phénomène de radiolyse de l’eau se produit, conduisant à la formation d’un mélange d’hydrogène et d’oxygène réputé pour être hautement explosif. Quelques explosions mineures de déclenchent, explosant les barres de contrôle du réacteur. En quelques secondes à peine la puissance du réacteur est multipliée par 1000 entrainant une explosion majeure, soulevant la dalle de béton et recouvrant le réacteur. 1400 tonnes de béton et de graphite hautement radioactif sont projetés en l’air retombant sur le cœur du réacteur en le facturant. Un incendie sans précédent se déclenche et le trou béant du réacteur laisse apparaitre une lumière de couleur bleue et orange. Le réacteur est dorénavant exposé à l’air libre, laissant fuir une quantité phénoménale de particules hautement radioactives dans l'air.
 
L'accident a été classé au niveau 7, soit le niveau le plus élevé sur l'échelle internationale des évènements nucléaires. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) fixera plus tard la catastrophe de Fukushima au niveau 5.

La Gestion De La Catastrophe

Lorsque l’alerte est donnée, la première chose à maitriser est l’immense incendie qui ravage le réacteur. Le risque principal est que l’incendie occasionne trop de dégâts à la structure du réacteur et que celui ci s’effondre, laissant la matière en fusion entrer en contact avec l’eau des parties souterraines. Au contact de l’eau, le corium en fusion risque de provoquer une immense explosion, dispersant une quantité astronomique de matière radioactive. Les pompiers de la caserne de Tchernobyl étant situés au plus proche sont les premiers à intervenir. Ils ne disposent d’aucun équipement, puisque appelés pour un simple incendie dans la centrale, ni d’aucune formation spécifique et tentent de lutter contre un feu dont l’origine nucléaire empêche toute extinction par voie d’eau. Ils subissent de graves radiations et meurent pour la plupart, certains dans les heures qui suivent.
 
Les pomiers de Chernobyl le matin de la catastrophe    
La femme d'un des pompiers témoignera :

Nous étions jeunes mariés. Dans la rue, nous nous tenions encore par la main, même si nous allions au magasin… Je lui disais : « Je t’aime. » Mais je ne savais pas encore à quel point je l’aimais…. Je n’avais pas idée…

Nous vivions au foyer de la caserne des sapeurs-pompiers où il travaillait. Au premier étage. Avec trois autres jeunes familles. Nous partagions une cuisine commune. Et les véhicules étaient garés en bas, au rez-de-chaussée. Les véhicules rouges des pompiers. C’était son travail. Je savais toujours où il était, ce qui lui arrivait.

Au milieu de la nuit, j’ai entendu un bruit. J’ai regardé par la fenêtre. Il m’a aperçue : « Ferme les lucarnes et recouche-toi. Il y a eu un incendie à la centrale. Je serai vite de retour. » Je n’ai pas vu l’explosion. Rien que la flemme. Tout semblait luire… tout le ciel… Une flamme haute. De la suie. Une horrible chaleur. Et il ne revenait toujours pas. La suie provenait du bitume qui brulait. Le toit de la centrale était recouvert de bitume. Plus tard, il se souviendrait qu’ils marchaient dessus comme de la poix. Ils étouffaient la flamme. Ils balançaient en bas, avec leur pieds, le graphite brûlant… Ils étaient partis comme ils étaient, en chemise, sans leurs tenues en prélart. Personne ne les avait prévenus. On les avait appelés comme pour un simple incendie.La supplication: Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse par Svetlana Alexievitch

Graçe au courage et à la ténacité de ces hommes l’incendie sera finalement maitrisé dans la journée du 26 avril, notamment à l’aide d’hélicoptère qui, tout en survolant le réacteur, sont chargés de le recouvrir de sable et de plomb afin de l’étouffer. Les personnes à bord subiront parmi les plus hauts niveaux de radiations, la plupart connaitront une issue fatale.
 
Une fois l’incendie maitrisé les techniciens de la centrale prennent pleine conscience du problème. Le réacteur est fissuré et le graphite au contact du magma dégage des colonnes de fumée radioactive. La décision est prise d’étouffer complètement le cœur du réacteur en le recouvrant d’une solution contenant un mélange de sable, d’argile et de plomb. Le seule moyen est de recourir à nouveau aux hélicoptères et la tache, en plus d’être potentiellement fatale, demande un niveau de précision extrême. Il s’agit de larguer d’une hauteur de 200m des sacs contenant le mélange dans un trou d’une taille inférieur à 10m. La dose de radiation reçue, même à 200m de hauteur est extrême, plus de 100Sv/h (l’unité de mesure est le sievert par heure). A titre d’exemple, la dose naturelle de radiation d’une ville comme Paris est d'environ 0,30 µSv/h (micro sievert), ils auraient donc absorbé une dose de radiation 300 millions de fois supérieure à la normale.
 
 
Au même moment d’autres soucis d’une importance majeure sont également traités. Tout d’abord le graphite hautement radioactif, propulsé à des centaines de mètres aux alentours ainsi que sur le toit de la centrale, doit être retiré et jeté dans le trou béant du réacteur numéro 4 avant que le sarcophage ne soit construit. Des robots télécommandés sont d’abords envoyés pour cette besogne, mais le taux de radiations était tellement élevé qu’ils sont tous tombés en panne en quelques jours. Des hommes sont alors envoyés en lieu et place des robots. Ceux-ci n’avaient pour simple équipement que des tenues qu’ils confectionnaient eux-mêmes à la main à partir de plaques de plombs. Ils avaient un maximum de 90 secondes avant de recevoir une dose mortelle de radiation. D’après les témoignages la plupart attrapaient à la main les morceaux de graphites. Le niveau de radiation subit était tellement important qu’une fatigue extrême les envahissaient immédiatement après leur passage sur le toit, et ce malgré les infimes 90 secondes qu'ils y passent.
 
 
L’autre problème majeur venait de la fissure de la dalle de béton soutenant le réacteur ainsi que de l’eau utilisée par les pompiers pour tenter d’endiguer l’incendie. L’eau s’est accumulée dans les sous structures menaçant d’une part la perte du contrôle des 3 autres réacteurs (tous reliés pas ces souterrains), mais aussi et surtout un danger imminent en cas de rupture de la dalle. En effet au contact de l’eau le corium entrainerait un dégagement d'une large quantité d'hydrogène suivit d'une explosion d’une intensité gigantesque. Estimée aujourd’hui à plus de 1000 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima, cette explosion aurait rayé de la carte la capitale biélorusse, Minsk, et aurait rendu inhabitable une grande partie de l’Europe. Je vous invite d'ailleurs fortement à lire la Lettre du Professeur Nesterenko à Wladimir Tchertkoff, Solange Fernex et Bella Belbéoch à ce sujet.
Une première tentative consistant à fermer les vannes souterraines et à installer un système de pompage fut réalisée par 3 hommes dont la mission était ni plus ni moins que de plonger dans l’eau hautement radioactive. Leur mission fut un succès mais la mesure était hélas insuffisante.
Conscient de ce danger les responsables décident de nommer une équipe composée de plus de 400 mineurs des régions de Moscou et du Bonbass. Tous volontaires puisque bien souvent mal avisés, ils s’attaquent à la réalisation d’un tunnel de plus de 167m menant directement sous le réacteur.
La construction de ce tunnel est un chantier faramineux pour lequel se relaient des hommes 24 heures sur 24. Les conditions de travail y sont abominables, aussi bien par le niveau de radiation (plus de 2 Sv/h à la sortie du tunnel, soit environ 6 millions fois la dose de radiation naturelle d’une ville comme Paris) que par les températures extrêmes dans les tunnels creusés. Les hommes y possédaient peu ou pas de protections. Le plupart travaillaient torse nu et sans protection respiratoire. Certains décéderont de l'inhalation d'une seule poussière radioactive.
   
La stratégie première est d'installer un circuit de refroidissement à l’azote directement sous la dalle de béton afin d’en assurer le refroidissement. Le projet changera en court de route, jugé trop cher et peu utile et le réseau creusé sera finalement comblé avec du béton pour supporter la dalle fissurée.
 
Tous ces hommes, qui pour la plupart y ont laissé la vie et la santé, sont appelés les liquidateurs.

L'évacuation de Pripiat

Au moment de l'explosion la majorité des gens étaient chez eux et l'ont entendu. Certains ont compris directement, mais pour la plupart cela était du à un séisme, une bombe ou même peut être le début de la guerre. Toutefois aucune information n’est donnée par les autorités. Aucune communication ni protection des populations n’est mis en place.
Une habitante de Pripyat témoigne :

Au soir du 25 avril, le temps était splendide. Après le long hiver glacé d’Ukraine, les vents de printemps soufflaient enfin. Les grandes célébrations du 1er mai auraient lieu dans une semaine. Tout le monde avait ouvert ses fenêtres pour profiter des premiers effluves printaniers.

À 1 heure 23 du matin, le 26, Valentina entendit une explosion, comme si un avion franchissait le mur du son. Elle avait eu la prémonition d’un drame, mais cela ne l’effleura pas sur le moment. Son mari, Serguei, n’était pas là car il s’était rendu de l’autre côté de la ville pour aider des parents à faire des plantations dans leur jardin. Valentina retourna se coucher, laissant sa fenêtre ouverte, de telle sorte qu’elle put humer tout à son aise la poussière de graphite radioactif, et les isotopes de xénon, de crypton, d’iode, de tellurium, de césium, de plutonium, de zirconium, d’uranium, de ruthénium, de strontium, de barium, de curium, de neodynium, de neptunium, de cérium, de lanthane, et de niobium qui flottaient, silencieux, dans le zéphyr printanier.

Au matin, la fumée recouvrait le site de la centrale et une couche de mousse visqueuse et verdâtre, épaisse de trente centimètres jonchait les rues. Elle avait déjà vu cette écume. Elle était utilisée pour laver le trottoir quand la centrale relâchait dans l’air des matières radioactives. Cela arrivait souvent. Quelquefois, l’asphalte devait être arraché et on allait l’enterrer plus loin, ou bien on se contentait de le recouvrir d’une couche de ciment. Ces rejets étaient chose habituelle, et les autorités avaient assuré à la population que des doses aussi faibles n’étaient pas dangereuses.

Ce matin-là, un samedi, Serguei traversa ce cloaque visqueux pour rentrer chez lui et dit à Valentina que quelque chose de terrible était arrivé à la centrale. Mais la radio n’en parlait pas ; aussi, Valentina et ses enfants, et tous les autres enfants de la ville partirent pour l’école, pataugeant dans l’écume radioactive. Plus tard dans la matinée, la mairie publia un communiqué : aucun enfant n’avait le droit de sortir. Il n’y avait aucun danger, mais il convenait de prendre cette précaution. Les communiqués de la radio n’offraient aucune explication sur la nature de cette absence de danger, ni sur la manière dont les enfants pourraient rentrer chez eux. Un peu après midi, quelques médecins arrivèrent et distribuèrent à chaque enfant un comprimé d’iode — une bonne idée, mais avec douze heures de retard.

L’ordre fut donné de ne pas céder à la panique. Nul n’était censé mettre le nez dehors, mais personne ne savait pourquoi, ni comment l’on allait rentrer chez soi. On n’y comprenait plus rien du tout. La radio affirmait que tous les préparatifs pour les festivités du 1er mai, y compris les courses et jeux de plein air, auraient bien lieu comme prévu. La deuxième vague de gamins arrivait à l’école, comme d’habitude. La fièvre printanière faisait rage. Les gosses s’échappaient de l’école comme des abeilles d’une ruche. Les professeurs leur disaient de rentrer directement chez eux, mais comment croire que le chaud soleil, le ciel bleu et la brise légère fussent mortels ? Les gamins s’arrêtaient pour patauger dans la boue radioactive, pour patouiller dans le sable radioactif, pour folâtrer dans l’herbe radioactive. Ils s’arrêtaient aussi pour profiter du spectacle des hélicoptères forcément radioactifs qui atterrissaient ici et là pour décharger leur cargaison de soldats et de pompiers vomissants ou évanouis. Les hélicoptères soulevaient des nuages de poussière radioactive en s’arrachant du sol pour retourner à la centrale où travaillaient les papas des enfants. La centrale dégobillait de la fumée et les hélicoptères s’y enfonçaient, larguaient des sacs de sable et s’en revenaient atterrir sur les rives de la Pripyat. Cette nuit-là, Valentina et sa famille purent voir la colonne de feu, pareille à une lumière de néon rougeoyante, transpercer l’air comme une lame incandescente au-dessus du réacteur détruit. Selon Valentina, on eût dit que cette lumière montait jusqu’au ciel. Serguei en déduisit qu’il devait s’agir d’un incendie atomique, car tout ce qu’il y avait à brûler aurait dû l’être à présent. Il dit à sa femme qu’ils allaient mourir s’ils ne quittaient pas Pripyat immédiatement.Propos de Valentina recueillis par Glenn Alan Cheney

Le matin du 26 avril les habitants de la ville de Pripyat se lèvent comme tous les matins. Ils font leur courses, ils emmènent leurs enfants à l’école ou au parc. Un marathon est même organisé ce jour-là, réunissant 900 élèves de 10 à 17 ans, et prévoyant de passer autours de la centrale.
La vie bat son plein et rien ne semble indiquer que vient de se réaliser une des plus grandes catastrophe modernes de notre monde et pourtant, des militaires se baladent dans les rues de la ville avec des masques à gaz.
 
C’est seulement le 27 avril qu’est menée l’évacuation de la ville de Pripiat. Les habitants sont informé dès le matin par la radio locale qu’une évacuation temporaire allait être réalisée. Ils sont appelés à se réunir près de la place principale de Pripyat quelques heures après cet appel radio. On leur demande de ne prendre que le strict minimum, l’évacuation étant prévue officiellement que pour 3 à 5 jours. Les 49000 habitants de la ville de Pripyat sont emmenés dans les 1100 bus affrétés pour l’occasion jusqu’aux régions proches telle que Polesskoie, pourtant également contaminés. Les premiers symptômes se feront ressentir pendant ce déplacement pour certains habitants., dont une partie succombe rapidement par la décomposition des cellules du corps qu’entraine une forte exposition aux radiations..
Voici un témoignage d'une habitante de Pripyat à cette époque :

L’appartement de Natacha faisait face à la centrale. Quand elle entendit les explosions du réacteur 4, elle pensa que c’était une voiture qui démarrait en pétaradant dans les rues. Elle se demanda pourquoi un imbécile essayait de faire démarrer une voiture à 1 heure et demie du matin. Elle n’imagina pas qu’il pouvait s’agir d’un réacteur nucléaire en train d’exploser. Elle allait fermer la fenêtre quand les explosions cessèrent : elle retourna se coucher.

Le lendemain matin elle vit la mousse et eut une horrible prémonition. En regardant ses enfants qui partaient pour l’école en sautillant, elle eut l’envie impérieuse de les rappeler ; son mari lui dit qu’elle était idiote. Mais la mousse visqueuse lui semblait bizarre, à lui aussi, et il avait vu la fumée à la centrale, où il devait travailler le lundi. Il appela son bureau pour voir ce qui se passait ; il obtint des réponses contradictoires. Il essaya d’appeler le bloc qui semblait en feu, mais la ligne était occupée. Quand les enfants rentrèrent à la maison, ils annoncèrent qu’ils devaient prendre des douches et faire laver tous leurs vêtements. Ils ne savaient pas pourquoi, mais leur père devina. La raison était sans importance, d’ailleurs : il n’y avait plus d’eau courante. Toute l’eau de la ville était captée par des pompes à incendie dirigées vers le cœur incandescent du cratère formé autour du réacteur 4. La radio et ces messieurs-dames de l’autorité officielle avaient beau nier que quelque chose d’anormal s’était produit, les hélicoptères survolaient le site, et des voitures marquées « Service de protection chimique » sillonnaient les rues en sifflant comme des fusées.

Chez Natacha, toute la famille se changea et mit des pantalons longs, des chemises à manches longues, des gants et des chapeaux. Le garçon, âgé de huit ans, joua autour de la maison, mais la fille, qui en avait douze, était comme pétrifiée. Elle resta assise à la même place, sans bouger, pendant quatorze heures. Quand les bus arrivèrent le lendemain matin, Natacha et les enfants durent partir, tandis que son mari restait pour pouvoir se rendre à la centrale le jour suivant. Dehors, sur le trottoir, au milieu de la foule titubant sous l’effet de la douche radioactive qui lui tombait sur la tête, son petit garçon s’agrippait à ses jambes. Natacha demanda à son mari quand ils seraient autorisés à revenir. « Jamais », dit-il. Natacha pâlit si fort qu’il crut qu’elle allait s’évanouir, alors il dit : « Dans deux jours », mais il ne put s’empêcher d’ajouter : « Ou dans cinq siècles ». Puis il fallut arracher les bras du fils des jambes du père et ils le montèrent de force, tout hurlant, dans le bus.

Mais la ville tout entière ne tenait pas dans les onze cents bus, aussi la famille de Valentina et deux autres familles — une quinzaine de personnes au total — s’entassèrent-elles dans deux voitures radioactives et mirent le cap vers le sud. Ils firent halte dans un village situé à soixante-cinq kilomètres au sud de Pripyat, mais les autorités ne leur permirent pas de rester car le village était déjà surpeuplé de réfugiés. Dans d’autres villages ils s’arrêtèrent pour demander aux gens de la défense civile de vérifier leur degré d’irradiation, mais partout ils furent rejetés. Propos de Natacha recueillis par Glenn Alan Cheney

 
 
 
La ville de Pripyat, bien qu'étant la plus connue, n’est évidemment pas la seule à avoir subit ce sort et l’évacuation en urgence de plus de 230 000 personnes à eu lieu dans plusieurs centaines de villes et villages en Ukraine comme en Biélorussie (pays le plus touché par la catastrophe de Chernobyl).

Les Liquidateurs

Liquidateur, ou ликвидаторы en russe, est le nom donné aux personnes intervenues dans la zone d’exclusion des 30 Km de la centrale de Chernobyl depuis le 26 avril 1986 jusqu'a 1992 pour procéder à un grand « nettoyage », la liquidation de l’atome. Il est bon de rappeler que le terme « liquidateur » avait déjà été employés par la Russie à la fin de la deuxième guerre mondiale pour nommer les personnes chargées de « nettoyer » les zones frontalières de l’Allemagne des collaborateurs du régime nazi. Un nettoyage pour protéger le régime.
 
Plus de 700 000 de ces liquidateurs seront appelées et se relaieront 24 heures sur 24, se soumettant bien souvent contre leur gré au danger invisible des radiations.
Parmi ces liquidateurs on estime à environ 350 000 la part de personnel militaire, personnel de la central, policiers locaux et pompiers. 240 000 d’entre eux sont affectés aux opérations d’urgence pour tenter d’endiguer la diffusion des radiations. Ils seront évidemment parmi les plus gravement touchés.
La part restante est principalement composée d’ouvriers civils, mais également de prisonniers du régime communiste auxquels on proposera ce confortable choix : « C’est 2 minutes dans la centrale ou 2 ans dans un camp ».
 
Ces liquidateurs viennent majoritairement des pays de l’ex-URSS, tels que la Russie, l’Ukraine, la Biélorussie ou encore d’Estonie. La plupart ne disposait d’aucune information sur les risques encours, ni d’aucun matériel adapté.
 
Une liquidatrice témoigne :
 

Mes parents avaient été recrutés de force par le régime dans les années 1950 pour construire le complexe nucléaire de Maïak. Nous habitions sur place, tenus au secret. J’ai souhaité devenir radiobiologiste pour comprendre leurs activités et les conséquences de celles-ci.

En 1986, juste après l’accident de Tchernobyl, le laboratoire dans lequel je travaillais nous a réquisitionnés pour faire un inventaire de la catastrophe. Nous avons été envoyés sur place, comme 500.000 à 1 million d’autres liquidateurs. Parmi les liquidateurs, il y avait deux catégories : ceux qui étaient envoyés en mission ponctuelle d’un mois, comme des plombiers ou des chauffeurs… Et ceux qui étaient nommés pour un poste à long terme. Comme la dose d’exposition aux radiations n’était pas connue, le régime choisissait de les laisser le plus longtemps possible, perdus pour perdus… Personne n’était vraiment formé ni préparé. Mais, nous n’avions pas le choix.

En tout, je suis restée 4 ans et demi à Tchernobyl, de 36 ans à 41 ans. J’avais été nommée ingénieure en chef chargée de l’évacuation des biens matériels devenus radioactifs. Je dirigeais une brigade de sept « permanents » plus des occasionnels. Nous étions chargés d’explorer les appartements abandonnés précipitamment par les habitants pour récupérer meubles, bijoux, tissus… Ces objets étaient ensuite enterrés dans des fosses recouvertes de béton. Nous étions équipés de vêtements et de masques de protection, mais les deux premières années, la radioactivité était si forte que notre visage était comme « tanné ». Je me souviens que nous ne disposions d’aucun instrument de mesure de la radioactivité pour évaluer la dangerosité du travail. Un comble pour un radiobiologiste. Nous connaissions pourtant les risques et faisions attention à bien nous laver les mains et à laver les aliments. Mais était-ce suffisant ? Bien sûr que non, puisque tous les membres de mon équipe sont morts du cancer. Je suis la seule survivante.

 
Une fois la difficile et urgente tache de maitriser le réacteur numéro 4, il est décidé de mener un nettoyage complet de la zone des 30 kilomètres. Les maisons, laissées à l’abandon, sont majoritairement rasées et enfouies. Certaines portions de routes sont détruites et le bitume enterré. Les façades des bâtiments et des axes routiers restants sont nettoyés à l’aide d’eau pressurisée et de balais brosses.
Certains ont bien conscience que ce travail de fourmis n’a pour seul but et utilité que de rassurer sur la maitrise du gouvernement dans cette crise.
 
Bien qu’entièrement nettoyée et conforme aux normes de radioactivité imposées à la hâte en 1986, la vie ne repris jamais à Pripyat, aujourd’hui abandonnée elle possède pourtant administrativement toujours le statut de ville.
Toutefois,les réacteurs numéro 1, 2 et 3 seront rallumés fin 1986 et continueront à fonctionner jusque dans les années 90.
 
On estime aujourd’hui que la dose moyenne due à l'irradiation externe reçue par les liquidateurs, calculée à partir des données officielles, est de 108 mSv, 4,2 % des liquidateurs ayant reçu plus de 250 mSv. Dans les faits les doses réelles peuvent être multipliées par 5 à 10.

Les Sarcophages

Face au caractère indomptable des radiations qui émanent du réacteur numéro 4 les autorités décident de l’isoler par la construction d’une gigantesque structure d’acier. Terminé en octobre 1986, ce gigantesque chantier à pour but la mise en place d'un sarcophage sur les fondations restantes du réacteur permettant l’étanchéité de complète pendant une durée de 30 ans.
Fier du travail accompli, l’Union Soviétique décide de planter le drapeau rouge communiste sur l'une des tours du réacteur. Les liquidateurs toujours en vie sont venus y déposer leur message en gravant chacun leur nom sur les parois d’acier. 
Une seule personne repose désormais sous ce monstre d’acier,Valeri Kodemtchouk, un employé de la centrale mort à son poste dans la salle de pompage, son corps n'a jamais été retrouvé.
 
Plusieurs audits ont été menés sur la structure du sarcophage et il est apparut très tôt que celui-ci ne tiendrait que difficilement 30 ans. En 2010 des preuves de plusieurs fissures dans le sarcophage accélère la décision de la construction d’un deuxième sarcophage.
L’objectif de ce sarcophage est de recouvrir l’ancien, tout en laissant une espace suffisant pour mener le démantèlement du réacteur.
Le projet, porté par l’alliance Novarka (consorsium composé de Vinci et Bouygues), pour un montant total de 15 milliard d’euros. Le chantier est faramineux. Les taux de radiations autours du sarcophage sont trop élevé pour garantir une travail sécurisé et il est décidé de construire le nouveau sarcophage en structure mobile. Le sarcophage est assemblé par pièce puis tracté à l’aide de rails au dessus de l’ancien.
Le nouveau sarcophage est construit pour garantir une étanchéité d’un siècle.

Les Conséquences

REDACTION EN COURS

Les Chiffres

Voici une représentation par les chiffres de la catastrophe de Tchernobyl.La plupart ne sont évidemment que des estimations, le silence étant d'or dans le monde de l’énergie nucléaire civile.
  • 235 milliards d'euros dépensés pour gérer la catastrophe
  • 9 millions d'adultes et 2 millions d'enfants souffrent des conséquences de Tchernobyl
  • 5 millions de personnes vivent sur des territoires irradiés par Tchernobyl
  • 800 000 liquidateurs se sont relayés sur les zones contaminées, dont :
    • 50 000  sont décédés
    • 200 000 sont invalides ou gravement handicapés
    • 3000 sont toujours affectés à la surveillance
  • 230 000 personnes évacuées dans les zones de l'accident
  • 30 kilomètres de zone interdite
  • 120 000 kilomètres carrés de terre où le niveau radiation est au dela des normes
  • 2000 tonnes de matière radioactive sous le sarcophage
  • 190 tonnes de combustibles au moment de l'explosion
  • 1200 mètres de hauteur pour les rejets de la colonne de fumée durant l'incendie
  • 10 000 mètres d'altitude maximum pour la circulation des rejets à travers le monde
  • 2 tours du monde dans les couches nuageuses pour les rejets radioactifs
  • 5 jours de stagnation du nuage au dessus de la France
  • 6 mois pour construire l'ancien sarcophage
  • 2,9 milliards d'euros de budget pour la création nouveau sarcophage
  • 35 tonnes de matériaux utilisés pour le nouveau sarcophage
  • 110 mètres de hauteur pour le nouveau sarcophage
  • 4 000 cas de cancer de la thyroïde imputables à Tchernobyl
  • 10 000 touristes par an dans la zone d'exclusion
  • 17 radionucléides (xénon, iode, césium, ruthénium, strontium, zirconium, curium, plutonium, neptunium, etc.) relâchés lors de l'explosion
  • 84 pourcent des éléments radioactifs rejetés avaient une période radioactive inférieure à un mois.
  • 10 milliards de curies au total pour les émissions radioactives du réacteur en feu, soit deux cent fois les retombés des bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki
  • 985 000 morts directes et indirectes estimées liées à Tchernobyl à travers le monde entre 1986 et 2004
  • 441 réacteurs nucléaires civils en exploitation en 2007