Complexe Hotelier Sovietique


Pays : Arménie
Visite : 2019
Type : Chantier – Abandonné – Soviétique

Informations : Situé au centre Est de l’Arménie, à quelques kilomètres de la frontière avec l’Azerbaïdjan, le lac Sevan est l’un des plus vastes lacs d’altitude du monde.
Lorsque l’on sait que l’Arménie est un pays bordé de frontières et ne possédant aucun accès à la mer, on comprends que les Arméniens surnomment ce lac « la mer intérieure ».

A l’époque de l’URSS le pays, réputé pour ses paysages et ses nombreuses stations thermales, devient rapidement une destination touristiques de référence pour les cadres du parti soviétique, qui viennent y passer leurs weekend. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles on trouve autant d’aéroports à travers le pays.

Situé à 1900 mètres d’altitude, le climat y est très doux en été et quitter la fournaise des plaines d’Erevan pour la fraîcheur des eaux du lac Sevan est presque une nécessité.

Face à ce succès il apparaît rapidement nécessaire de fournir des infrastructures adaptées à l’accueil de ce nouveau tourisme. De nombreux hôtels voient le jour et des chantiers de structures titanesques comment à fleurir sur les différentes rives du lac.

Mais suite à la chute de l’URSS et la dislocation du bloc soviétique, la région connait un déclin économique à la hauteur du reste du pays. Le travail se raréfie, le pouvoir d’achat baisse et le tourisme n’est bientôt plus la priorité. Les différents grands chantiers de construction sont laissés tels quels suite à la faillite des entrepreneurs.

Dès les années 75 la réputation du lac souffre également face à la mise en exergue d’un niveau de pollution très avancée. L’activité humaine, au travers de l’exploitation industrielle, agricole et du tourisme à outrance, amène en quelques années une modification de la couleur naturelle du lac, d’un vert émeraude à un gris.

Aujourd’hui la région fait bien triste mine. La pollution de l’eau ne saute pas forcément aux yeux, mais celle des sols est évidente. Comme partout ou les touristes passent, les déchets s’amoncellent. Le niveau de pauvreté est également bien plus élevé que dans le reste du pays, malgré une activité touristique en relance depuis les années 2000.

Nous remarquons de très loin cette gigantesque structure orange, géante de brique et de béton. Après quelques kilomètres à longer le lac, en apercevant successivement wagons et bateaux abandonnés, bâtiments submergés et habitations précaires, nous arrivons à l’entrée du site. Un très grand portail fermé empêche l’accès au site, mais il ne faut que très peu de ruse pour pénétrer dans l’enceinte.

Une famille habite sur une partie isolée du terrain, les enfants jouent dans le jardin et ne semblent pas nous remarquer. Nous avançons en découvrant des villas en construction dont le chantier semble abandonné depuis plusieurs années. Tout s’est arrêté du jour au lendemain.

En continuant en direction de l’hôtel nous remarquons plusieurs statues et des espaces de restauration extérieurs, eux aussi laissés à l’abandon.

Nous trouvons rapidement un accès à l’intérieur de l’hôtel, au travers des décombres et bris de verre. Tel que l’on peut se l’imaginer, l’intérieur n’offre pas grand chose puisque jamais aménagé. Nous montons les étage pour profiter du point de vue imprenable sur le lac Sevan.

Seul excentricité architecturale, cette énorme colonne percée au travers de l’ensemble des étages, offrant de sacrés vertiges en perspective.

Je vous laisse découvrir le reste au travers des photos.

Photos


Translate »
error: