Découverte des Spomenik albanais

2022

Année

2022

Historique

Catégorie

Historique

Pendant les années 1960 et 1970, des centaines de monuments commémorant la Seconde Guerre Mondiale appelés « Spomeniks » ont été construits dans toute l’ex-Yougoslavie. Ces sculptures monumentales en béton et à la géométrie angulaire rappellent les formes de fleurs, de cristaux et de virus ou d’ADN. La plupart de ces monuments, à l'architecture brutaliste, célébraient la guerre patriotique des troupes yougoslaves contre l'envahisseur nazi. Ils attisent aujourd'hui un intérêt croissant.

Du point de vue architectural et esthétique, les Spomenik sont d'une incontestable originalité. Ils ne correspondent pas aux critères occidentaux ou orientaux, et ils se distinguent de l'architecture totalitaire et nationaliste de l'ex-bloc de l'Est, illustrant ainsi ce que fut la Yougoslavie titiste : un « objet » à part dans le monde communiste, mais aussi dans son rôle d'État leader des non-alignés.

Dans les années 1980, les « Spomeniks » attiraient encore des millions de visiteurs provenant du bloc de l’Est. Certains de ces monuments sont aujourd'hui à l'abandon, nichés au coeur de villages dépeuplés ou perdus dans les forêts, alors que d'autres sont encore des objets de célébrations patriotiques. Les premiers dégagent une poésie singulière et celui qui les voit, les touche ou y pénètre, accède symboliquement au statut d'initié : il est le témoin de l'histoire en train de fondre sous ses yeux.

Les Spomenik entretenus dégagent quant à eux une puissance et une énergie « païenne » que l'on ne trouve nulle part ailleurs.

Enfin, il est important de savoir que ces monuments sont aujourd'hui l'enjeu d'une compétition mémorielle, exacerbée par le désordre politique, social et culturel issu de la dislocation de l'Ex-Yougoslavie. Selon que vous soyez Croate, Bosnien, Bosniaque, Albanais, Serbe ou encore Slovène, il ne peut y avoir une lecture commune de ce qui doit être célébré. Une fois la guerre terminée, la paix a éclaté et il y a donc autant d'évènements que de sujets de perception.

Il apparaît donc urgent de visiter ces monuments avant que ne soient proposés des circuits organisés, des souvenirs made in china aux nouvelles invasions barbares, attirées par un tourisme décalé et bon marché. Si tel était le cas, il n'y aurait plus rien à y trouver de poétique, de païen, de mystérieux ou d'initiatique. Nous n'y trouverions plus rien de brutaliste et totalitaire. Plus rien de yougoslave ou de balkanique. Rien qui puisse nous faire vivre des instants de liberté et d'anticonformisme.

Comments are closed.