Chateau De La Foret

Récit

Voilà un lieu qui aura fait couler beaucoup d’encre numérique, c’est le moins que l’on puisse dire.

Avant de parler de son histoire « urbex » parlons un peu de son histoire réelle. Sublime château construit à la fin du 19ème siècle, au style imposant de par ses tours crénelées, et qui possède comme tout château digne de ce nom, de nombreuses meurtrières, canonnières et autres mâchicoulis. Le nombre impressionnant de fenêtres surprend tout de suite le visiteur. Le château est implanté dans une grande clairière au milieu d’un bois dense, n’offrant aucun angle de vue depuis les routes qui le bordent.

Maintenant que le contexte est posé, parlons de sa renommée « urbex ». Abandonné depuis de nombreuses années, il n’en est pas moins très étroitement surveillé, et là est tout le problème. Ses gardiens ont un tel sens de l’observation et du protectionnisme qu’y entrer est digne des missions d’infiltration des meilleurs films du genre. Le moindre changement apparent et les gardiens, qui y pratiquent des rondes régulières, entrent et signalent l’intrusion aux forces de police locales. Nombres d’urbexeurs s’y sont fait prendre et ont fini au poste de police.

Nous faisons donc le choix d’y entrer de nuit et d’y séjourner aux frais du baron en attendant que la lumière soit suffisante pour qu’elle s’infiltre au travers des volets, tous fermés, des nombreuses fenêtres. Nous laissons donc nos véhicules à quelques kilomètres de là afin de ne pas éveiller les soupçons et nous marchons le long de la route avec pour seule lumière les rayons de la lune. Nous arrivons vite devant le bois qui entoure le château et nous engouffrons dans la pénombre, en évitant avec difficulté les branches qui fouettent nos visages. Je dois reconnaitre, avec une légère honte, que nous avons subi quelques soucis d’orientation ; mais qui pourrait nous en blâmer, seuls, en pleine nuit, dans un bois sombre.

Nous trouvons enfin la clairière et la silhouette imposante du château se dessine sous la lumière de la lune. L’ambiance est très particulière, un calme incroyable entoure ce lieu. Nous avançons vers le château et cherchons un moyen d’y accéder. Comme à mon habitude je ne décrirai pas la façon dont nous sommes entrés, mais pour couper court aux nombreuses rumeurs NON NOUS N’AVONS RIEN CASSE POUR RENTRER !

Nous nous retrouvons donc dans le château en pleine nuit et je vais vous l’avouer tout de suite, malgré le nombre de lieux impressionnants et effrayants que j’ai visités, un château abandonné la nuit c’est vraiment quelque chose ! La bâtisse est tout simplement gigantesque, démesurée ! Heureusement nous sommes accompagnés de collègues déjà habitués des lieux qui nous servent de guides en nous faisant passer avec efficacité d’un coté à l’autre du château (l’accès central était à l’époque fermé). Nous essayons de ne pas trop utiliser nos lampes par peur d’être repérés, et nous guidons tant bien que mal au travers des gigantesques couloirs du lieu.
Nous explorons toutes les recoins et découvrons avec émerveillement les fameuses pièces que nous avons vu tant fois auparavant au travers du travail de nos prédécesseurs. Quel régal ! Canapés et meubles d’époque, tableaux de valeurs et chandeliers inestimables. Pas de doute, tout ici est authentique et transpire de l’histoire des ses anciens propriétaires.

Une fois la visite terminée, nous nous rendons compte qu’il nous reste de nombreuses heures à attendre avant que le jour ne se lève !
Nous regagnons une des salons principaux et nous trouvons place dans les superbes, et superbement poussiéreux, canapés d’époque qui n’ont rien perdu de leur confort. Un des urbexeurs de mon groupe, Romain, nous sort de quoi passer une nuit agréable… Du pain frais et un pot de rillettes de sa ville, Le Mans… On est bien lotis au Château De La Foret… Je vous le dis ! 😀

Une fois la lumière suffisante, aux alentours de 6h, nous commençons notre travail photographique et il ne faut pas traîner… les gardiens risquent de venir à tout instant.

Nous ressortons avec calme et discrétion et regagnons nos véhicules laissés plus loin la veille.

Certainement mon meilleur souvenir d’exploration depuis que je pratique l’urbex !

Photos

Commentaires

Commentaires